Quels EPI sont obligatoires ?

Quels EPI sont obligatoires ?

La liste des EPI obligatoires s’obtient en partant des risques auxquels vous faites face. Voici les 3 étapes pour identifier les équipements de protection individuels (EPI) ou collectifs (EPC) obligatoires pour votre activité :

  1. Identifier et évaluer les risques
  2. Éliminer ou réduire les risques
  3. Choisir les équipements de protection à mettre en œuvre

Si vous ne réalisez pas l’une de ces étapes, vous mettez en risque vos employés et vous vous exposez personnellement au pénal. La loi et la jurisprudence sont très sévères avec les responsables de ces équipements.

Voici le détail avec des exemples :

Étape 1: Évaluation des risques

Un risque est un événement dont l’occurrence met en danger des personnes dans le cadre de l’exercice de leur métier. L’identification d’un risque consiste à étudier les conditions d’exposition du personnel aux dangers et à définir la gravité de ses effets.

La première étape consiste à identifier et analyser les dangers spécifiques à votre lieu de travail. Cette évaluation doit couvrir tous les risques potentiels, qu’ils soient d’origine mécanique, chimique, biologique, ou autre. L’objectif est de comprendre quelles menaces spécifiques vos employés peuvent rencontrer et d’évaluer la probabilité et l’impact potentiel de ces dangers sur leur santé et sécurité.

Identification des dangers

L’identification des dangers est la première étape de l’évaluation des risques. Cela implique l’examen des conditions de travail pour identifier les situations, les substances, ou les pratiques qui ont le potentiel de causer du tort. Les méthodes courantes incluent :

  • Inspections sur place : Examiner les lieux de travail pour identifier les dangers visibles et moins évidents.
  • Consultations avec les employés : Engager les employés pour obtenir des informations sur les dangers qu’ils perçoivent dans leur environnement de travail.
  • Analyse des documents : Examiner les rapports d’incidents, les données sur les accidents et les maladies professionnelles passées pour identifier les tendances et les dangers potentiels.

Exemple : Dans une usine de fabrication, une inspection sur place révèle que plusieurs machines n’ont pas de protections adéquates pour prévenir les blessures par écrasement ou coupure. De plus, les employés signalent fréquemment une exposition à des vapeurs chimiques potentiellement nocives lors de l’utilisation de certains solvants.

Évaluation des risques

Après l’identification des dangers, l’étape suivante consiste à évaluer les risques associés. Cela implique de déterminer la probabilité qu’un danger cause du tort et la gravité de ce tort. Les facteurs à considérer incluent :

  • La fréquence d’exposition au danger.
  • La gravité des conséquences potentielles si le danger se réalise.
  • La capacité de contrôle sur le danger.

Exemple : Après l’identification des dangers liés à l’absence de protections sur les machines et l’exposition aux vapeurs chimiques, l’évaluation révèle que les employés travaillant sur ou à proximité des machines non protégées sont à risque élevé de blessures graves, telles que des coupures profondes ou des fractures. L’exposition aux vapeurs chimiques est jugée modérément risquée, avec des effets potentiels sur la santé tels que des problèmes respiratoires ou des irritations cutanées.

Classification des Risques

Les risques sont généralement classifiés selon leur gravité en utilisant une matrice de risque, qui croise la probabilité d’occurrence avec la gravité des conséquences. Cette classification aide à prioriser les risques pour l’atténuation, les risques les plus élevés étant traités en premier.

Voici un exemple de matrice de risque d’un société d’imprimerie dans le document « Évaluation des risques professionnels, Guide pour les industries graphiques » de l’INRS

Schema gravité vs fréquence.

Exemple: Utilisant une matrice de risque, l’entreprise classe le risque de blessure par machine comme « élevé » en raison de la forte probabilité d’occurrence et de la gravité des conséquences. L’exposition aux vapeurs chimiques est classée comme un risque « modéré », compte tenu d’une probabilité moins élevée d’effets graves à court terme mais d’un potentiel d’impact à long terme sur la santé.

Outil de l’INRS Afin d’aider les entreprises évaluer les risques, l’INRS propose une collection d’outils en ligne pour réaliser un document unique et construire un plan d’action de prévention. Ils sont déclinés par secteur d’activité ou métier.

Étape 2: Réduction des risques

Avant de se tourner vers les EPI, il faut examiner si les risques peuvent être éliminés ou réduits par d’autres moyens. Cela inclut l’élimination du danger, la substitution par des alternatives moins dangereuses, les contrôles d’ingénierie pour isoler les personnes des risques, et les contrôles administratifs pour changer la façon dont les gens travaillent. Les EPI devraient être considérés comme une solution de dernier recours.

Exemple: Pour atténuer le risque lié aux machines, l’entreprise installe des gardes de sécurité et des dispositifs d’arrêt d’urgence sur toutes les machines concernées. Pour réduire l’exposition aux vapeurs chimiques, elle remplace les solvants dangereux par des alternatives moins nocives et installe une ventilation améliorée dans les zones de travail concernées. De plus, des gants et des masques sont mis à disposition des employés et des formations sur les procédures de sécurité et l’utilisation correcte des équipements de protection individuelle (EPI) sont mises en place.

Étape 3: Sélection des EPI

Une fois que vous avez déterminé que l’utilisation d’EPI est nécessaire, sélectionnez des équipements spécifiquement conçus pour protéger contre les risques identifiés. Il est essentiel de choisir des EPI qui respectent les normes de sécurité requises et sont adaptés à la tâche spécifique. Le confort et l’ajustement sont également importants pour garantir que les EPI fourniront une protection effective.

Avant d’acheter votre EPI vous devez :

  1. Conformité aux normes : Assurez-vous que l’EPI est conforme aux normes européennes (EN) ou internationales pertinentes. En France, les EPI doivent porter le marquage CE, indiquant leur conformité avec la réglementation européenne .
  2. Certification : Vérifiez que l’EPI est accompagné d’une déclaration de conformité du fabricant ou d’un certificat délivré par un organisme notifié, attestant que le produit a été testé et certifié conforme aux normes applicables.
  3. Taille et ajustement : L’EPI doit être adapté à la morphologie de l’utilisateur pour assurer une protection efficace et un confort optimal. Considérez les options de tailles et les possibilités d’ajustement.
  4. Matériaux et composition : Prenez en compte les matériaux utilisés pour l’EPI, en particulier si l’utilisateur a des allergies ou des sensibilités à certains composants.
  5. Instructions d’utilisation et d’entretien : L’EPI doit être accompagné d’instructions claires sur son utilisation, son entretien, son nettoyage, et, le cas échéant, son remplacement. Ces informations sont cruciales pour maintenir l’efficacité de l’EPI.
  6. Durabilité et date d’expiration : Certains EPI ont une durée de vie limitée. Vérifiez la durabilité du produit et la présence d’une date d’expiration ou de remplacement recommandée.
  7. Stockage et transport : Assurez-vous que les conditions de stockage et de transport ne compromettront pas la qualité et l’efficacité de l’EPI.
  8. Coût total de possession : Prenez en compte non seulement le prix d’achat, mais aussi les coûts liés à l’entretien, au remplacement, et à la formation des utilisateurs.
  9. Fournisseur réputé : Achetez auprès de fournisseurs réputés et fiables qui peuvent fournir des conseils techniques et un support après-vente.
  10. Retours et garanties : Vérifiez la politique de retour et les garanties offertes pour l’EPI. En cas de défaillance ou de non-conformité, il est important d’avoir la possibilité de retourner ou d’échanger le produit.

Exemple : pour atténuer les risques des employés de l’usine de fabrication les EPI suivants sont achetés :

  1. Masques respiratoires avec filtres appropriés : Ces masques sont conçus pour filtrer les vapeurs chimiques dangereuses, prévenant ainsi l’inhalation de substances nocives. Il est crucial de choisir des filtres adaptés au type spécifique de solvant ou de produit chimique utilisé, car différents filtres sont conçus pour différents types de contaminants.
  2. Lunettes de sécurité avec protection latérale : Pour protéger les yeux contre les éclaboussures de produits chimiques. Ces lunettes doivent être bien ajustées et offrir une protection contre les éclaboussures provenant de toutes directions.
  3. Gants résistants aux produits chimiques et aux coupures : Des gants spécialement conçus pour résister à l’exposition à des produits chimiques spécifiques. Ces gants doivent être sélectionnés en fonction de la résistance chimique requise, du confort, de la dextérité et de la capacité de manipulation sécuritaire des matériaux.

Et après ?

La mise à disposition des EPI doit être complétée par une formation adéquate sur leur utilisation correcte. Les travailleurs doivent savoir comment mettre, enlever, ajuster et entretenir leurs EPI. De plus, un programme régulier de vérification et de maintenance est indispensable pour s’assurer que les EPI restent en bon état et continuent de fournir le niveau de protection nécessaire.

Exemple: L’entreprise met en place un programme de surveillance continue pour évaluer l’efficacité des mesures de contrôle. Cela inclut des inspections régulières, le suivi des rapports d’incident et des évaluations de santé périodiques pour les employés. Six mois après l’implémentation des mesures d’atténuation, une révision est effectuée, montrant une réduction significative des incidents liés aux machines et une amélioration de la qualité de l’air dans les zones de travail. Sur la base de ces résultats, des ajustements sont faits pour améliorer encore la sécurité et la santé au travail.

En tant que responsable sécurité, vous devez maintenir à jour les informations principales suivantes :

  • Un registre de sécurité contenant toutes vos fiches de vie d’équipements de protection (EPI et EPC). Chaque équipement doit être vérifié régulièrement selon les exigences du fabricant. Il faut aussi le jeter avant qu’il n’expire ou s’il est abîmé.
  • Un registre du personnel qui prouve que les utilisateurs sont bien formés à l’utilisation de ces équipements.
  • Un document d’analyse des risques qui prouve votre analyse des dangers et le suivi des actions de réduction.
  • Un règlement intérieur et des communications vers les employés qui les informent des dangers et des mesures de réduction.

Pour cela, il est parfois préférable d’utiliser un logiciel de gestion d’EPI.

Essayez Gear Tracker, c'est rapide et gratuit

60 jours d'essais gratuit, sans engagement, CB non requise

Créer un compte

Articles sur le même thème

Les équipement de protection individuels

Les équipement de protection individuels

Un équipement de protection individuelle (EPI) en France désigne tout dispositif ou moyen destiné à être porté ou tenu par une personne en vue de la protéger contre un ou plusieurs risques susceptibles de menacer sa santé ou sa sécurité. Ces équipements sont utilisés dans de nombreux secteurs d’acti...